Pour une école de l’entraide et de la coopération

Publié dans « Système éducatif »

Ce texte a été publié sur le site de Philippe Meirieu et dans le journal Libération en Juin 2020. Il voulait lancer le débat sur la rentrée actuelle de septembre. Les auteurs proposaient des classes à multiniveaux (comme il n’en existe pratiquement plus dans le monde rural où elles ont pourtant fait leurs preuves, cf. l’école de Marcel Pagnol). Mais pour cette rentrée, il n’en sera toujours pas question : Macron a refusé net fin août, une augmentation des postes d’enseignants qui aurait permis l’abaissement du nombre d’élèves en classe particulièrement en cette période de Covid ; dans le second degré, il aurait été possible de prendre beaucoup plus de candidats admissibles aux concours internes mais le couperet est tombé. L’économie a été privilégiée, économie de postes mais aussi l’Economie à la place de l’Humain. (N. L.)

Voici le texte de Rodrigo Arenas co-président de la FCPE (Fédération des Conseils de Parents d’Elèves) et de Philippe Meirieu, professeur émérite en Sciences de l’Education :

Le pari de la pédagogie coopérative

Pourquoi ne pas faire le pari de la «pédagogie coopérative» dès la rentrée prochaine et développer systématiquement, de la maternelle au lycée, les classes multiniveaux ?

Depuis le 17 mars, plus de 12 millions d’élèves ainsi que plus d’1 million de personnels de l’Education nationale ont fait face à une situation complètement inédite. Cette période de confinement a mis en évidence les terribles inégalités qui frappent les familles et leurs graves répercussions sur la réussite scolaire de leurs enfants. Mais elle a également révélé un autre phénomène: de nombreux parents ont découvert, tout à la fois, le rôle irremplaçable des enseignants et ce qu’ils pouvaient apporter, de leur côté, à leurs enfants pour les accompagner au mieux dans leur travail scolaire, stimuler leur intelligence et favoriser leur autonomie. Plus largement encore, on a vu se développer, au sein des familles mais aussi entre elles, comme avec des amis proches ou lointains, des formes d’entraide et de collaboration extrêmement fécondes. Les témoignages sont multiples qui disent l’intérêt extraordinaire d’échanges de conseils et de savoirs pour permettre à chacun et à chacune de progresser au mieux.

De cela, nous pouvons tirer une leçon : les solidarités tant vantées par les discours politiques ne doivent plus, maintenant, être considérées comme la revanche des pauvres pendant les situations de crise, mais bien comme un horizon pour que toutes et tous puissent fonder, demain, une société où la coopération prendra le pas sur la concurrence, où la construction du commun par le partage des savoirs l’emportera sur les individualismes mortifères. Or, notre institution scolaire est rétive à cette perspective. Héritière du «modèle simultané» d’enseignement imposé par François Guizot – qui n’était, faut-il le rappeler, ni républicain ni démocrate – elle survit avec le seul horizon de «classes homogènes» où une trentaine d’élèves, à peu près du même âge et supposés du même niveau, font la même chose en même temps. Certes, nous n’en sommes plus vraiment à l’époque où quand deux élèves communiquaient entre eux, c’est qu’ils complotaient contre le maître… mais, néanmoins, l’entraide entre élèves reste un élément tout à fait marginal, alors que, paradoxalement, les chercheurs en décrivent le caractère positif, tant pour celui qui est aidé que pour celui qui aide.

Pour une pédagogie coopérative

Faisons donc le pari de la «pédagogie coopérative» dès la rentrée prochaine de septembre. Car, comme Célestin Freinet l’a bien montré, la coopération permet à chacun de s’appuyer sur tous pour devenir plus exigeant à l’égard de soi-même. Développons les échanges entre les élèves afin qu’ils s’entraident réciproquement car c’est très exactement de cela dont nous avons besoin dans les mois qui viennent. Embarquons-les dans des projets communs où la réussite individuelle contribue à la réussite collective et réciproquement.

Soyons audacieux, pour une fois ! Développons systématiquement, de la maternelle au lycée, les classes multiniveaux. Regroupons les élèves, pour tout ou partie de leur emploi du temps, en «classes verticales» comportant des enfants d’âges et de niveaux différents. Les enseignants seront ainsi en mesure de mettre en place une pédagogie authentiquement différenciée, alternant des temps collectifs sur des tâches où les différences de niveaux ne sont pas un obstacle – il y en a, bien plus qu’on ne le pense –, des temps de travail en petits groupes, des temps de monitorat entre élèves et des temps de travail personnel.

En réalité, nous sommes convaincus que, dans ces classes multiniveaux, nos enfants n’apprendront pas aussi bien que dans nos classes prétendument homogènes… ils y apprendront mieux! Munis de plans de travail personnalisés, dans un environnement où écouter autrui, le comprendre, reformuler ce que l’on a soi-même compris, l’expliciter, argumenter pour convaincre, deviennent des comportements habituels, tout le monde est, en permanence, en activité intellectuelle. Terminés ces temps où l’on décroche parce que le maître va trop vite ou trop lentement…

De plus, nos élèves pourront ainsi, comme, jadis, leurs camarades des classes uniques rurales – hélas en voie de disparition ! – avoir une vision plus large et, donc, bien plus porteuse de sens, sur ce qui leur est demandé. Fini le taylorisme scolaire où l’on fait tous en même temps l’exercice du jour pour s’acquitter mécaniquement d’une tâche obligatoire. 

Enfin, dans un collectif de ce type, nos enfants pourront faire l’expérience au quotidien, non pas du «vivre ensemble» – on peut «vivre ensemble sous la coupe d’un gourou charismatique ou bien, chacun devant notre écran, dans l’indifférence réciproque – mais du «faire ensemble» : faire ensemble société en tressant au quotidien le commun et le singulier, ce qui unit et ce qui spécifie dans un collectif solidaire.

Pour une fraternité contagieuse

Dans ces classes multiniveaux, à effectifs réduits, nos élèves pourront, en effet, découvrir les valeurs fondamentales de notre République : la liberté extraordinaire de pouvoir profiter des richesses d’autrui et de faire profiter autrui de ses propres richesses; l’égalité fondatrice entre des personnes qui, même si elles ne sont pas toutes et toujours au «même niveau», sont toutes à égale dignité dans un collectif solidaire; la fraternité, bien sûr, grâce au partage des savoirs et de la culture, une fraternité qu’il faut imaginer contagieuse pour la voir s’étendre au-delà de l’école entre les personnes et les groupes, entre les professions et les générations.

La pédagogie coopérative et les classes multiniveaux représentent ainsi une double chance extraordinaire pour nos enfants au moment de cette crise sanitaire. Sur le plan scolaire, elles permettront à tous les élèves de rattraper leurs retards et aux enseignants de s’appuyer sur l’entraide pour y parvenir. Sur le plan sociétal et politique, elles représentent une perspective que nous voudrions voir, enfin, explorée : sortir d’une société et d’institutions en tuyaux d’orgues, où chacun reste enfermé dans son groupe ou son clan, pour progresser vers une société en réseaux solidaires, conscients de l’impératif de dépasser la juxtaposition des individualités qui s’affrontent pour prendre soin ensemble des humains et du monde.

Rodrigo Arenas co-président de la FCPE (Fédération des Conseils de Parents d’Elèves) et Philippe Meirieu, professeur émérite en Sciences de l’Education

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s